À L’ACADÉMIE SALÉSIENNE
SIÉGEANT À L’HÔTEL FAVRE

SAINT FRANÇOIS DEMEURA DE 1610 À SA MORT
ET COMPOSA SON TRAITÉ DE L’AMOUR DE DIEU

Saint François dont le nom pour votre Académie
Est un titre d’honneur, vécut dans cet hôtel
Où son cher souvenir, à bon droit Immortel,
Inspire les travaux de votre Compagnie.

S’il n’y dépeignit point d’une plume fleurie
Le chemin qui conduit l’âme dévote au ciel,
C’est ici qu’il versa, dans son Traité, le miel
De l’Amour infini, trésor de l’autre vie.

Il perce le secret des divines bontés,
De l’âme en Dieu perdue ineffable mystère !
Il l’accoutume à se dépouiller de la terre

Tout en restant fidèle aux devoirs acceptés,
À monter par l’extase à l’union sublime,
À savoir être Philothée et Théotime.

Georges Martin, poème lu le 6 juin 1939 pour sa première séance à l’Académie Salésienne. In Mémoires et documents publiés par l’Académie Salésienne, année 1940.


Clefs : discours d’investiture | société savante | poème chrétienne | hommage à François de Sales