À UN ARTISTE

À la mémoire d’Ernest Béchard*,

Comment donner aux mots, aux pauvres mots usés
Le symbole émouvant qui dirait ce que perd
En cet artiste probe, au talent sûr et clair,
Notre Savoie en qui Béchard a tant puisé.

Combien l’on sent alors la pauvreté du verbe,
L’indigence infinie et sourde des paroles
Quand il faudrait la splendeur vive des corolles,
L’éclat des fleurs dans le doux sinople de l’herbe.

Mais il reste le cœur ; il a son éloquence,
La seule qui convient à toi, mon cher ami ;
Celle qui pleure doucement, sincère, emmi
Le souvenir pieux et le profond silence.

Annecy gardera, fidèle, ta mémoire,
Toi qui sus évoquer en touches lumineuses
La beauté des vieux murs et les grâces frileuses
De son lac endormi dans sa rieuse gloire.

Béchard, mon vieil ami, toi qui fus un artiste,
Un vrai, modeste et grand, et qui connus la lutte,
L’adversité du mufle et de l’épaisse brute,
Ton nom luira dans le deuil flou de l’améthyste.

Oscar David, in Les soirées nouvelles, revue mensuelle de littérature et d’art n°18-19 de février-mars 1930, rédaction : La Feuillette, Annecy.

* Ernest Béchard (1891-1930) : artiste Haut-Savoyard, peintre et graveur. Plusieurs de ses œuvres furent inspirées des paysages d’Annecy où il vivait.

Ernest Béchard - portrait

Portrait de l’artiste – Photo in Les soirées nouvelles, revue mensuelle de littérature et d’art n°18-19 de février-mars 1930, rédaction : La Feuillette, Annecy.


Clefs : peintre savoyard | hommage