EN ALLANT À SAINTE-CATHERINE

À mon ami M. Louis Maigron,

« Et ces voix étouffées
Qui chantent dans les eaux,
Sont les blondes fées… »
Lied de Schubert.

En bas de la montagne il est une eau dormante
Au fond d’un trou rocheux. La source murmurante
Avec un sourd glouglou s’enfuit on ne sait où,
Et le bruit étouffé monte plaintif et doux.
Au fond du trou rocheux se mire le mystère
D’une porte toujours close, et c’est là qu’enfant
J’entendis Leurs soupirs. Que de fois, m’arrêtant,
Naïve, j’écoutais la source prisonnière !
Les ronces, les rochers en défendent l’abord.
Les invisibles eaux de la source captée
Chuchotent et s’en vont. Et dans le trou s’endort
Le reflet assombri de la porte fermée.

Au fond du frais vallon le ruisseau étourdi
Jase sous les halliers, et ses eaux paresseuses
S’attardent dans les prés. Mais soudain il bondit
À travers la forêt : ses eaux insoucieuses
Précipitent leur cours vers le but inconnu ;
En clarté jaillissante il s’enfuit éperdu.

Lorsque j’étais l’enfant candide et étonnée,
Lorsque je m’en allais par les clairs renouveaux,
J’entendais dans vos flots chanter les blondes Fées,
Espérant entrevoir Leurs Formes sur les eaux.
Je suivais le ruisseau et j’écoutais la source…

Toujours dans le forêt le ruisseau prend sa course,
Et aux mêmes écueils a les mêmes remous.
Avec un gai murmure, avec un sourd glouglou,
Le ruisseau et la source ont emporté mes rêves :
Je n’entends plus Vos chants monter berceurs et doux
Du murmure trompeur de l’eau qui fuit sans trêve.

Madeleine Martin, in Premiers vers, Ed. à Annecy, imp. Dépollier. 1915. Poème rédigé le 20 mars 1913.


Clefs : vallon de Sainte-Catherine | Le Semnoz