« ABYMES »… D’ANNECY

Rocaille de fleurs en clairière
blottie près de son lac en source de fraîcheur
et de lumière

Île sans océan
chantournée de soie d’eau
soutache à l’italienne

Entrez dans la cluse entrouverte
à l’abri du vent si souvent
et de la pluie sous les arcades
pierres anciennes
Tables de mémoire éternelle

Rousseau, François de Sales, tant d’autres
des vieux quartiers ont foulé le pavé
l’air en reste embaumé, votre cœur le saura.

Elle vous surprendra soudain
moderne en son quartier de verre
ses transparences sur cinémas
ses conforts de néons
Accords du dernier millénaire
Artifices nés d’aujourd’hui

Mais retrouver serein la charmante terrasse
blottie derrière un pont fleuri de géraniums
rivale en cascatelle avec le flot du Thiou
vantant sa promenade.

Vous installer,
prendre un verre…

Hélène Soris
Poème communiqué à Guillaume Riou en avril 2016


Clefs : balade en ville | hommage | regard | refuge | bien-être